Des jurys de conseil gouvernementaux Allemand et du Royaume-Uni ont indépendamment conclut que les dispositifs de tabac « Heat-not-burn » créent des problèmes e santé pour les utilisateurs.

Cependant, ils ont conclu que ces produits étaient beaucoup moins dangereux que les cigarettes traditionnelles.

L’institut Fédéral de l’Évaluation des Risques Allemand a révélé en octobre qu’après avoir étudié la cigarette électronique Philip Morris IQOS, l’apport de composé en carbonyle comme le formaldéhyde et acétaldéhyde est réduit de 90% à 80%. L’institut Fédéral de l’Évaluation des Risques a aussi conclu que l’émission des composants naturel volatile est diminué de 99 à 90%.

« On peut confirmer que  pour ces substances contenues dans  la fumée du tabac, on remarque une diminution significative des polluants » a ajouté le Docteur Frank Henkler-Stephani qui a supervisé la recherche.

Ces chiffres ont maintenant était confirmé par les découvertes faites plus tôt ce mois-ci par le Comité Indépendant des Produits Chimiques Toxiques au Royaume-Uni. Le comité a étudié l’IQOS et le tabac British American iFuse et le comité a trouvé que les utilisateurs sont exposés entre 50 ou 90% en moins au « composant dangereux et potentiellement dangereux» trouvé dans les cigarettes traditionnelles.

La différence en pourcentage était largement due à la nature de deux produits en question et dû aux températures auxquelles ils chauffent le tabac. Les dispositifs «heat-not-burn» chauffe le tabac à une température assez haute pour créer de la vapeur mais pas de fumée. Les IQOS chauffent le tabac à approximativement 350°C, alors que iFuse atteint 50°C. Pour une cigarette conventionnelle le tabac est brûlé au alentour de 800°C.

Pourtant, pendant qu’ils disaient leurs découvertes à la Santé Publique d’Angleterre , le comité a aussi révélé que les dispositifs produisent « un certain nombre de composants inquiétant», certains d’entre eux peuvent causer le cancer.

Ils ont aussi insisté sur le fait que d’arrêter de fumer était de loin l’option la plus sûre.

Philip Morris International à bien accueilli les recherches. « Nous pensons que les alternatives sans fumée incluant les produits de tabac chauffé comme IQOS et les cigarettes électriques, ont un grand potentiel sur le fait d’être moins dangereux que la cigarette et peut aussi jouer un rôle important pour la santé du public et des fumeurs. » à dit un porte-parole de la société.

Néanmoins, L’institut Fédéral de l’Évaluation des Risques Allemand a des inquiétudes. Tandis qu’ils ont reconnu que les produits  ‘heat-not-burn’ proposaient une alternative moins dangereuse aux fumeurs actuels, cela pourrait être contrebalancé par les non-fumeurs qui pourraient se mettre à utiliser le produit. Philip Morris International a répliqué en soulignant que leurs publicités pour le produit IQOS tournait autour «d’une nouvelle façon d’apprécier le tabac » au lieu d’attirer les non-fumeurs.

IQOS et iFuse correspondent parfaitement à la nouvelle politique sur la réduction du danger étant largement poursuivis au Royaume-Uni et aux États-Unis dans la bataille pour réduire le nombre de fumeurs.

L’institut fédéral de l’évaluation des risques allemand, se méfie  des recommandations sur la santé fait grâce à leurs recherches.

« Nous nous attendons à ce que la réduction importante des polluants affecte les risques pour  santé » a dit Dr Henkler-Stephani.  «Néanmoins, les recommandations sont problématiques car l’émission des chauffes tabac est toujours mutagène. »

L’institut fédéral de l’évaluation des risques allemand va continuer ses recherches en 2018 : ils ont récemment publié une autre recherche se concentrant sur le «  heat-not-burn » en mai après que les Archives de Toxicologie «  aient confirmés une réduction significative des substances toxiques d’environ 80 à 99% » . «La forte réduction du niveau de HPHC dans les émissions analysé du produit «heat-not-burn» ont de fortes chances de réduire l’exposions aux substances toxiques » poursuivit la recherche.

Ils n’étaient pas les seuls  a rencontrer des limitations. Le Comité Indépendant des Produits Chimiques Toxiques affirme qu’il y a « une grosse différence » entre les données envoyés par les deux fabricants, tandis qu’il y ait un manque d’information indépendante disponible sur les deux produits. Ils ont aussi admis qu’il n’y avait en réalité pas autant  de données qu’ils l’auraient espéré  sur lesquels ils auraient basés leurs résultats.

Les deux rapports sont en désaccord avec les recherches fait par l’Université de Californie à San Francisco, qui a trouvé que les produits « heat-not-burn» sont aussi mauvais pour la santé que les cigarettes conventionnelles.

En fin de compte, les résultats de l’institut Fédéral de l’Évaluation des Risques Allemand et du Comité Indépendant des Produits Chimiques Toxiques sont vus comme une étape positive pour les produits «heat-not-burn » qui représente une alternative viable au traditionnel tabac à fumer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here